Catégorie De Projet : Bactérie Borrelia

Comment Borrelia favorise sa propre dissémination

Evénements CalendriersOrganisateursLieux Evénements Dominique Lyme and Co Normandie Vire Older events Adaptation de Borrelia à la transmission par morsures Les Borrelia sont transmises essentiellement par des piqûres de tiques. Ce mode de propagation nécessite une adaptation très poussée de la bactérie. Elle est disséminée dans tous les organes de l’animal infecté, et en faible quantité dans le sang… Si une tique absorbe de ce sang en piquant l’animal, la Borrelia se retrouve dans le tube digestif de la tique. Elle résiste aux sucs digestifs de la tique. Elle s’installe dans le système digestif sous forme dormante. Ce n’est que lors d’un prochain repas de sang, donc souvent après une mue de la tique, et un délai qui peut durer plusieurs mois, qu’elle va se réveiller. Lorsque le sang de ce nouveau repas afflue dans le tube digestif de la tique, la Borrelia sort de sa dormance et se déplace jusqu’aux glandes salivaires de la tique, par où elle est injectée, avec la salive, dans la circulation sanguine de son nouvel hôte. Il s’agit d’un mode de transmission très complexe : la Borrelia est active et s’adapte aux conditions de son environnement. Elle va elle-même se placer, au moment opportun, à l’endroit précis du corps de la tique où elle doit se trouver pour être injectée… Mécanisme de facilitation La Borrelia modifie le métabolisme des tiques, en leur augmentant leur stockage de graisse : les tiques...

Read More

Pourquoi les sérologies actuelles ne détectent que rarement l’infection

Les tests de laboratoire (« la biologie ») sont classiquement utilisés en médecine pour détecter et diagnostiquer des infections. Cependant, pour la borréliose, les caractéristiques de la bactérie font que les tests actuels se révèlent souvent inefficaces. Evénements CalendriersOrganisateursLieux Evénements Dominique Lyme and Co Normandie Vire Multiplicité et variété des souches de Borrelia Comme dit précédemment, il existe de très nombreuses souches du groupe B. burgdorferi sensu lato en Europe : Borrelia azfelli, gariniii, spielmanii, lusitanii, valaisiana… Forêt Stade B. afzelii B. garinii B. burgdorferi ss B. valaisiana B. spielmani B. lusitania Coinfection Franche-Comté 2010 Nymphes 17 50 3 2 70 0 3 Adultes 11 48 3 3 2 30 3 Franche-Comté 2011 Nymphes 33,8 38,7 2,9 21,2 0,3 0,3 2,9 Adultes 18 48 3 26 1 0 4 Aquitaine 2010 Nymphes 31 21 17 7 0 21 3 Adultes 0 22 34 0 22 22 Aquitaine 2011 Nymphes 39 17 22 8 0 14 0 Adultes 0 16,7 16,7 0 50 0 16,7 Proportion (en %) des espèces de B. burgdorferi sl. isolées d’adultes d’Ixodes ricinus dans les forêts de Franche-Comté et d’Aquitaine en 2010 (Résumé CR CNR Borrelia 2010 Résumé CR CNR Borrelia 2010) et 2011 (Résumé CR CNR Borrelia 2011 Résumé CR CNR Borrelia 2011) Actuellement, la sérologie ELISA utilisée en France est préparée avec des protéines chimères recombinantes* et ne détecte que certaines souches pathologiques de la borréliose : sensu stricto,...

Read More

Résistance de Borrélia aux traitements antibiotiques classiques

Le traitement « standard » de la maladie de Lyme est de 2 à 4 semaines d’antibiotiques. S’il peut suffire dans le premier stade (érythème migrant), il est bien insuffisant lorsque la bactérie s’est disséminée dans le corps. De nombreux travaux scientifiques ont démontré la persistance de Borrelia dans le corps malgré des mois de traitements antibiotiques. Comment cette bactérie arrive-t-elle à survivre malgré un traitement antibiotique suffisant pour d’autres bactéries ? Ces facteurs pourraient — au moins en partie — expliquer des réinfections fréquemment récurrentes avec les spirochètes, et le caractère souvent récurrent des symptômes entrecoupés de phase de dormance apparente du microbe. Elle se divise très lentement Les antibiotiques de type pénicilline (amoxicilline), utilisés couramment pour traiter une maladie de Lyme, agissent au moment de la division cellulaire : au lieu de se diviser en deux, la bactérie éclate et meurt. Ils ne peuvent donc agir que sur les formes actives en train de se multiplier. Borrelia a la particularité de se diviser extrêmement lentement : une à deux divisions par 24h, alors que d’autres bactéries comme Escherichia coli se multiplie 3 fois par heure, c’est-à-dire 36 à 72 fois plus vite. Ceci explique pourquoi les traitements doivent être beaucoup plus longs pour couvrir le même nombre de cycles de reproduction qu’avec d’autres bactéries. C’est pourquoi les 2 à 4 semaines de traitement classiques en France sont considérées comme insuffisantes par beaucoup...

Read More

Comment la bactérie Borrelia échappe au système immunitaire

Il est désormais mondialement reconnu que la bactérie Borrelia possède des capacités de défense contre le système immunitaire de son hôte. Cela lui donne un avantage notable par rapport à d’autres bactéries moins évoluées. Elle se déplace plus rapidement que les globules blancs La bactérie Borrelia se déplace plutôt lentement dans les liquides. C’est pourquoi elle n’est pas souvent présente dans le sang. Par contre, elle est extrêmement rapide (jusqu’à 2800 µm/min) dans les milieux à consistance de gels, dont les tissus conjonctifs qui entourent tous nos organes. Sa vitesse de déplacement y est de 10 à 100 fois supérieure à celle des globules blancs chargés de l’éliminer (30 µm/min au maximum) (polynucléaires neutrophiles et macrophages). Elle se « camoufle » La bactérie Borrelia est également capable de se camoufler de son hôte, en utilisant des molécules acceptées par le système immunitaire. Elle est capable d’entrer à l’intérieur d’un lymphocyte et, lorsqu’elle en ressort, elle s’est couverte des antigènes de surface* du lymphocyte. En s’habillant avec les antigènes de surface propres aux cellules de son hôte,Borrelia ne peut plus être repérée par le système immunitaire et donc détruite. * Antigènes de surface : molécules présentes à la surface des cellules, qui représentent leur « carte d’identité ». C’est grâce aux antigènes de surface que le système immunitaire reconnaît les cellules qui font partie de notre corps, et les distingue des cellules étrangères. Par ailleurs,...

Read More

Caractéristiques générales de la bactérie Borrelia

La bactérie Borrelia est une bactérie Gram –. Elle appartient à la classe des spirochètes, comme l’agent de la Syphilis, Treponema pallidium. Elle mesure de 20 à 30 μm de long et 0,4 μm de diamètre, ce qui la rend plutôt grande. Formes Borrelia se présente sous différentes formes dans le corps. On en connaît actuellement quatre : La forme caractéristique spiralée, avec paroi, qui se déplace dans les tissus, parfois le sang. C’est elle qui peut se multiplier. Forme spiralée de Borrelia burgdorferi : A : isolées, B : en colonies Miklossy et al, 2008 La forme kystique, sans paroi, où la bactérie est enroulée sur elle-même, parfois à plusieurs bactéries. Elle peut rester dormante des mois, voire des années. Cette forme lui permet de résister à des conditions défavorables (notamment en présence d’antibiotique dans le milieu) Formes kystiques de Borrelia burgdorferi Miklossy et al, 2008 La forme intra-cellulaire, lorsqu’elle a pénétré à l’intérieur même des cellules de l’hôte.   La forme dans les bio-films. Récemment découverts, ces bio-films sont des amas de bactéries recouverts de fibrine. D’autres formes atypiques existent : Borrelia burgdorferi – rings Miklossy et al, 2008 Lien : formation d’un biofilm Classification Borrelia est un genre de bactéries comprenant environ 300 souches (à ce jour). Taxonomie de Borrelia Parmi ces souches, certaines sont connues pour être pathogènes. Borrelia burgdorferi senso lato* désigne un « complexe...

Read More