Rôle pathogène des tiques

Evénements

Le rôle pathogène

Parmi les arthropodes, les tiques sont les plus importants vecteurs d’agents pathogènes ; pour les raisons suivantes :

  • Elles sont très communes dans nos milieux tempérés.
  • Elles prennent des repas de sang volumineux et longs, ce qui augmente le risque d’ingestion de parasites par les tiques et leur transmission. La transmission des germes a lieu entre un et trois jours d’attachement de la tique. Par conséquent, une détection de la tique et son retrait immédiat diminue grandement les risques d’infection.
  • Une tique infectée le reste toute sa vie, voire elle transmet ses germes aux générations suivantes. Des études ont montré que l’infection par des germes au cours d’un repas sanguin est de 1% pour une larve, 10 à 30 % pour une nymphe et 15 à 40 % pour un adulte. En effet, les tiques sont parasites à tous les stades de leur vie ; elles s’infectent ou infectent d’autres animaux tout au long de leur vie. De plus, les germes sont conservés lors des mues ; une tique femelle peut aussi transmettre les germes à ses œufs.
  • Elles parasitent de nombreux groupes de vertébrés (reptiles, oiseaux, mammifères), ce qui permet la circulation des agents pathogènes entre les différents groupes.
  • De plus, comme elles prennent des repas longs (plusieurs jours), elles sont transportées par les animaux hôtes parfois sur de longues distances, notamment pour les grands animaux (cerfs) et les oiseaux, en particulier les migrateurs. Les tiques sont ainsi déplacées d’une région à l’autre, et les germes avec elles.

L’anatomie des tiques fait qu’elles sont de bons réservoirs de germes. Leur tube digestif, où se retrouve le sang ingéré, est au contact des autres organes, donc les germes peuvent passer facilement dans le reste de l’organisme.
Elles sont souvent porteuses de plusieurs agents pathogènes en même temps, provoquant chez l’hôte (dont l’Homme) plusieurs maladies, appelées alors co-infections. Puisqu’il y a plusieurs causes, le diagnostic et le traitement sont rendus difficiles.
Pour déterminer le risque d’infection chez l’homme de ces maladies, en particulier de la borréliose de Lyme, les scientifiques mesurent la densité de tiques et la densité de tiques infectées (le nombre de tiques par unité de surface).

Agents pathogènes transmis par espèce de tique

Agents pathogènes transmis par Ixodes ricinus

Cette tique, la plus courante, est connue pour transmettre la borréliose de Lyme (organisme : Borrelia burgdorferi) ainsi que d’autres co-infections : babésioses (Babesia diversgens et B. microti), fièvre Q (Coxiella burnetii), ehrlichioses (Anaplasma sp. = Ehrlichia sp.), tularémie (Francisella tularensis) et encéphalite à tique causée par un virus. La borréliose est due à plusieurs espèces de bactéries du genre Borrelia Une étude récente en Alsace a montré la prédominance chez cette tique des espèces Borrelia afzelii (infectant davantage les nymphes)et B. garinii (infectant davantage les adultes), suivies de B. valaisiana. Borrelia burgdorferi sensu stricto est rarement trouvée chez la tique Ixodes ricinus. Il existe une corrélation entre la densité des tiques infectées par les différentes espèces de Borrelia et l’incidence de la borréliose de Lyme. Selon les régions, il peut y avoir jusqu’à 150 nymphes/100 m2 de forêt, dont 24 nymphes infectées/100m2. Dans certains cantons d’Alsace où le nombre de cas de borréliose de Lyme est très élevé, il peut y avoir jusqu’à 114 tiques infectées/100 m2 de forêt.

Région Étude vectorielle
Année Densité Nymphes infectées (/100m²)
Alsace 2003-2004 26,4 (2)
Aquitaine 4 (1)
Auvergne
2004-2005
4,7 (2)
Basse-Normandie
2006-2007 6,9-11,4 (2)
Franche-Comté 2 (1)
Haute-Normandie
2007-2008 5,2-6,6 (2)
Île-de-France 2008-2009
8,4 (2)
Limousin
2005-2006
8,8-15,3 (2)
Lorraine
2004-2005
4,5 (2)

Sources :

1 : Rapport d’activités annuel 2010 du CNR Borrelia, 2010, http://www.pasteur.fr/ip/resource/filecenter/document/01s-00004j-0ei/ra-cnr-borrelia-2010.pdf

2 : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, hors-série, 2010, http://www.invs.sante.fr/beh/2010/hs/beh_hs.pdf

AFSSA, Bulletin Epidemiologique

Les principaux agents pathogènes transmis aux humains et aux animaux par Ixodes ricinus en France métropolitaine (d’après Bineau, S., 2009).

Agents pathogènes transmis par Dermacentor marginatus

La tique D. marginatus est principalement vectrice de l’anaplasmose bovine (Anaplasma ovis) et de la piroplasmose (Babesia caballi et Theileria equi).
Elle transmet à l’homme le syndrome TIBOLA (Rickettsia slovaca). Elle est suspectée de transmettre également d’autres bactéries : rickettsioses (Rickettsia coroniiI et R. sibirica), maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi), babésioses (Babesia canis),fièvre Q (Coxiella burnetti), tularémie (Francisella tularensis). Elle transmet aussi des virus : virus de la fièvre hémorragique d’Omsk, virus de l’encéphalite à tique.

Agents pathogènes transmis par Dermacentor reticulatus

Cette tique transmet aux chiens la babésiose canine (Babesia canis).
Chez l’Homme, c’est un vecteur du syndrome TIBOLA (Rickettsia slovaca). Elle est supposée transmettre la maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi), la tularémie (Francisella tularensis), la fièvre Q (Coxiella burnetti), des rickettsioses (Rickettsia coroniiI et R. sibirica), ainsi que les virus de l’encéphalite à tique et de la fièvre hémorragique d’Omsk.

Agents pathogènes transmis par Haemaphysalis punctata

C’est un vecteur important des Theleiria et de plusieurs piroplasmoses (plusieurs Babesia et Theileria). Elle est suspectée de transmettre également la maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi) et des virus.

Tiques plus rares en France

Ixodes canisuga

Elle transmet une babésiose (Babesia missiroli).

Ixodes trianguliceps

Cette tique est connue pour transmettre à l’homme : la borréliose de Lyme (Borrelia burgdorferi), la babésiose humaine (Babesia microti), la tularémie (Francisella tularensis), la fièvre Q (Coxiella burnetii) et le virus de l’encéphalite à tique.

Rhipicephalus sanguineus

Cette tique est porteuse de la fièvre boutonneuse méditerranéenne (Rickettsia conorii). Elle pourrait aussi transmettre d’autres pathogènes (Coxiella burneti et autres Rickettsia).

Haemaphysalis concinna

Cette tique transmet la tularémie (Francisella tularensis) et la méningo-encéphalite à tique (virus TBE).

Hyalomma marginatum

Cette tique transmet plusieurs babésioses (Babesia canis, B. ovis, B. caballi, et B. equi), des rickettsioses (Rickettsia aeschlimanii, R. Pathogenic) et la fièvre Q (Coxiella burneti).