Comment Borrelia favorise sa propre dissémination

Evénements

Adaptation de Borrelia à la transmission par morsures

Les Borrelia sont transmises essentiellement par des piqûres de tiques. Ce mode de propagation nécessite une adaptation très poussée de la bactérie.

Elle est disséminée dans tous les organes de l’animal infecté, et en faible quantité dans le sang… Si une tique absorbe de ce sang en piquant l’animal, la Borrelia se retrouve dans le tube digestif de la tique. Elle résiste aux sucs digestifs de la tique. Elle s’installe dans le système digestif sous forme dormante.

Ce n’est que lors d’un prochain repas de sang, donc souvent après une mue de la tique, et un délai qui peut durer plusieurs mois, qu’elle va se réveiller. Lorsque le sang de ce nouveau repas afflue dans le tube digestif de la tique, la Borrelia sort de sa dormance et se déplace jusqu’aux glandes salivaires de la tique, par où elle est injectée, avec la salive, dans la circulation sanguine de son nouvel hôte.
Il s’agit d’un mode de transmission très complexe : la Borrelia est active et s’adapte aux conditions de son environnement. Elle va elle-même se placer, au moment opportun, à l’endroit précis du corps de la tique où elle doit se trouver pour être injectée…

Mécanisme de facilitation

La Borrelia modifie le métabolisme des tiques, en leur augmentant leur stockage de graisse : les tiques infectées par Borrelia ont une plus forte masse graisseuse en proportion de leur taille que les autres. Cette caractéristique leur permet de rester plus longtemps à l’affût, dans l’attente d’un hôte, d’avoir moins besoin de se réhydrater et donc de se déplacer davantage dans des conditions de sécheresse par rapport aux autres. Elles ont donc une meilleure chance de trouver un hôte et de s’y nourrir, et de transmettre la Borrelia en même temps.
Ce type de mécanisme, où le parasite modifie son hôte pour lui permettre de mieux se disséminer, s’appelle la facilitation, rencontrée chez de nombreux parasites.

 

Voir aussi : http://jb.asm.org/cgi/content/full/183/16/4771

Bibliographie

Casjens, Sherwood, et al. 2000. A bacterial genome in flux: the twelve linear and nine circular extrachromasomal DNAs in an infectious isolate of the Lyme disease spirochete Borrelia burdorferi.Molecular Microbiology, 35: 490-516. Lien

Fraser, Claire M. et al. 1997. Genomic sequence of a Lyme disease spirochaete, Borrelia burgdorferi. Nature, vol. 390: 580-586. Lien

Lawrence C, Lipton RB, Lowy FD, Coyle PK, 1995.  Seronegative chronic relapsing neuroborreliosis. Eur Neurol 1995;35(2):113-117. Lien

Rosa P, 2005. « Lyme disease agent borrows a practical coat » Nat. Med. 2005;11:831-832 DOI:10.1038/nm0805-831 Lien

Schutzer, S. E., et al. 2011. Whole genome sequences of thirteen isolates of Borrelia burgdorferi. J. Bacteriol. 193:1018-1020. Lien

Whitmire WM, Garon, 1993. CF: Specific and nonspecific responses of murine B cells to membrane blebs of Borrelia burgdorferi. Infect Immun 1993; 61: 1460-1467. Lien

Images : Miklossy et al. Journal of Neuroinflammation 2008 5:40   doi:10.1186/1742-2094-5-40 Lien

Résumé CR CNR Borrelia 2010 lLien